Flickr et compagnie...



Présenter Flickr est j'imagine totalement superflu : le site a un tel succès que tout le monde asurément le connaît. Mi février, il enregistrait sa 10 000 000 ème photo. Je me demande combien il y en a aujourd'hui, sa progression semblant exponentielle...
Ce qui est peut-être moins connu, en tous cas des internautes français, ce sont toutes les applications dérivées, qui s'appuient sur l'API de Flickr. Il y en a deux que j'affectionne tout particulièrement.
Picklr, pour son esthétique, totalement gratuite, mais tout à fait réussie. Comme le laisse entrevoir la copie d'écran ci-dessus, il suffit de "piquer" une couleur dans la palette centrale pour que s'affiche une sélection de photos extraites de Flickr où cette couleur est dominante. Chaque petite vignette est un lien vers la photo originale, qu'on ouvre dans une pop-up d'un simple clic.
Fastr est un jeu, auquel on peut jouer en français, anglais, allemand ou espagnol. Il s'agit de découvrir le "tag" ou mot-clef commun à toutes les photos extraites de Flickr qui s'affichent sur l'écran, le tout en temps limité, et en concours avec les joueurs connectés simultanément (si vous êtes seul, l'application se fait un plaisir de jouer avec vous). Idiot ? En fait, on se laisse facilement prendre au jeu... et c'est encore plus amusant lorsqu'on joue dans une langue étrangère.

Comme il faut rendre à César ce qui lui appartient, j'ai découvert ces applications sur le blog Webmonkey, dans un article intitulé "Ten best Flickr mashups". Mashups ? ce sont toutes les applications construites en combinant plusieurs API web 2.0. Encore le web 2.0 ? Je sais, je sacrifie moi aussi aux modes du moment... Mais au delà de la mode et du "buzz" parfois un peu excessif, il se passe malgré tout des choses très intéressantes dans ce nouveau périmètre du web. Il est donc probable que je vous en parle encore prochainement...

Catégories : A voir - Innovation

Libellés : ,

Pandora, toute la musique que j'aime

Est-ce que je vous assomme avec une définition du web 2.0 ? Non. Après tout, il y en a des dizaines sur Internet, il suffit de taper le mot clef dans Google, ou d'aller sur le site d'O'Reilly pour tout savoir, ou presque, sur ce nouveau concept à la mode, qui fait couler beaucoup d'encre dans les médias spécialisés.

Pandora est une application "web 2.0", et à mon avis une des meilleures. Elle permet à chaque internaute de se construire, gratuitement et sans publicité ni blabla entre les morceaux, une radio basée sur sa musique préférée. Il suffit d'entrer le nom d'un artiste, d'un album ou d'une chanson, et Pandora vous propose un programme constitué de musiques ayant les mêmes caractéristiques que celle que vous avez définie en point d'entrée. Vous y retrouvez bien sûr des morceaux de l'artiste que vous avez choisi, mais aussi des tas d'autres, très connus ou pas du tout, ce qui permet de faire des découvertes inédites : le plus grand charme sans doute de Pandora .
Vous pouvez infléchir le programme en notant au fur et à mesure les morceaux que vous aimez ou que vous n'aimez pas, et conserver vos préférés dans une liste de favoris, ou encore les acheter, sur iTunes ou Amazon.com, grâce aux liens directs fournis pour chaque morceau.

Rien ne vous empêche de définir plusieurs radios, pour changer de style selon l'humeur du moment, et l'éventail plus ou moins large de vos goûts.
Moi, j'ai commencé par entrer Radiohead, qui est sans doute mon groupe préféré, et c'est le programme que je préfère écouter. Je vous invite, il suffit de cliquer sur le lien ! Et si vous aimez, ne manquez pas de m'envoyer les liens vers les stations que vous aurez créées !

Si ce service est excellent, c'est qu'il est basé sur un véritable travail de fond, à la fois pour analyser la musique et construire la base de données de départ, puis pour l'enrichir en permanence de nouveaux artistes.
Son modèle économique est également exemplaire du web 2.0 : vous pouvez utiliser le service gratuitement, en acceptant de voir une partie de votre écran occupée par de la pub (souvent iTunes, et souvent assez belles d'ailleurs), ou souscrire un abonnement payant ($36 par an) si vous êtes allergique à toute publicité. Vos achats sur iTunes ou Amazon.com permettent également de financer le service, qui perçoit alors une commission.
On leur souhaite longue vie, non ??

Update : au hasard d'une autre recherche, je viens de tomber sur le très beau site "EspacesTemps.net", qui consacrait, quelques jours après ce message, une brève à Pandora : Un objet de recherche dans la boîte.

Libellés :