Standards du web : en savoir plus

JDN Développeurs propose une intéressante interview de Håkon Wium Lie, directeur technique d'Opera, et premier spécificateur des CSS. J'en retiens 3 points essentiels, inconttournables pour tout webdesigner qui se respecte :

  • "Le concept de cascade a été introduit pour autoriser plusieurs sources - navigateur, utilisateur et auteur - à influer sur la présentation des documents."
Ce concept réduit l'influence de l'auteur sur le rendu graphique de ses pages, notamment au profit de l'utilisateur, qui peut modifier les paramètres de visualisation. Si les utilisateurs courants le font rarement, cette faculté est précieuse pour les handicapés, et donc indispensable pour l'accessibilité des sites. Cela rend aussi incontournable l'usage d'une bonne structure du code HTML. Un bon truc pour vérifier que vos pages supportent l'application d'une autre feuille de style, et qu'elles sont bien structurées ? Supprimez le lien vers la feuille de style, et regardez vos pages sans feuille de style. Si elles restent compréhensibles et navigables, alors, c'est tout bon. Sinon, il n'y a plus qu'à reprendre le code HTML et la structure du document.

  • "Flash est un obstacle à l'acceptation des standards du Web"
Code propriétaire et fonctionnalités graphiques appréciées des designers limitent en effet l'utilisation des standards du W3C. Mais l'utilisation de ce logiciel pour créer des pages web limite leur accessibilité et pas seulement aux handicapés. Il reste des utilisateurs qui désactivent les plug-ins ou qui ne savent pas les mettre à jour. Et l'utilisation du Flash reste un obstacle à un bon référencement des pages par les moteurs de recherche.

  • "A l'heure actuelle, il y a quatre spécifications très importantes : HTML, CSS, JavaScript et DOM."
Les webmasters savent donc quoi mettre dans leurs signets... voire sur leur table de chevet !

Libellés : ,

0 Commentaire(s) :

Enregistrer un commentaire